Films

De Rain Man à Festen, les films mythiques des invités des Rencontres 7e Art Lausanne sont autant d’hymnes au cinéma. Les Chariots de feu et sa musique légendaire, le choc visuel de Requiem for a Dream ou l’ahurissante enquête de l’agent OSS 117 à Rio, venez découvrir ou redécouvrir ces œuvres majeures dans les salles et vivre l’expérience collective du cinéma.

Rio ne répond plus

OSS117 Rio ne répond plus

France – 2009 – 1h40 – s-t angl.-10/14
De Michel Hazanavicius
Avec Jean Dujardin, Louise Monot

 

Après sa mission réussie malgré lui au Caire, Hubert Bonisseur de La Bath, l’agent OSS 117, est envoyé à Rio pour rencontrer un ancien nazi. Secondé par une belle Colonelle du Mossad (du quoi?), l’espion, toujours aussi bête, se lance dans une nouvelle aventure encore plus pop que la première. Michel Hazanavicius réussit une fois de plus à compiler les références cinéphiles dans lesquelles Jean Dujardin évolue avec un talent fou.

The Artist

France – 2011 – 1h54 – 7/10
De Michel Hazanavicius
Avec Jean Dujardin, Bérénice Bejo

 

Reniant l’émergence du film parlant, George Valentin, une star du cinéma muet, quitte les productions pour se mettre à son compte. Se déploie alors sur 22 images/secondes sa lutte face à ce nouveau genre. Se privant des technologies numériques, Michel Hazanavicius met en lumière l’expressivité des visages et des corps avec le jeu du silence. Avec ce rôle, Jean Dujardin est récompensé du premier Oscar de l’histoire pour un acteur français.

The Artist
Good Morning Vietnam

Good Morning Vietnam

USA – 1987 – 2h
De Barry Levinson
Avec Robin Williams, Forest Whitaker

 

En 1965 à Saïgon, Adrian Cronauer, DJ de la station de radio des forces armées américaines, fait le bonheur des G.I. grâce à son humour déjanté, ses provocations et sa programmation rock’n’roll. Incarné par un Robin Williams en roue libre, le personnage se sert de sa désinvolture contre la rigidité militaire et la censure, mais aussi pour fuir la réalité de la guerre, qui bien sûr finira par le rattraper. Cette fameuse comédie militaire offre à l’inoubliable Robin Williams un rôle sur mesure et une nomination aux Oscars.

Rain Man

USA – 1988 – 2h13 – v.o s-t fr.
De Barry Levinson
Avec Dustin Hoffman, Tom Cruise, Valeria Golino

 

De Cincinnati à Los Angeles, c’est l’histoire du voyage initiatique de Charlie Babbitt (Tom Cruise) qui découvre qu’il a un frère aîné, autiste, à qui son père vient de léguer l’entier de sa fortune. En tentant de récupérer sa part d’héritage, il obtient bien plus que de l’argent. Le film fut l’un des premiers à aborder le thème de l’autisme, sur lequel il pose un regard empreint à la fois de réalisme, d’humanité, d’humour et de poésie. Il remporte 4 oscars, dont celui du meilleur réalisateur pour Barry Levinson.

Rain Man
Diner

Diner

USA-1982-1h50-v.o. s-t fr.
De Barry Levinson
Avec Mickey Rourke, Kevin Bacon, Steve Guttenberg

 

En 1982, cette comédie sans effets spéciaux, ni intrigue particulière, réalisée par un novice avec des acteurs inconnus a provoqué un séisme dans la culture populaire américaine. Son influence, encore réelle aujourd’hui, est telle que, selon le New Yorker, Barry Levinson devrait toucher des royalties à chaque fois que l’on montre des hommes en train de discuter dans un café. Depuis, Seinfeld, Pulp Fiction, The Office et tant d’autres, ont fait leurs succès sur des «Diner talk».

Chariots of Fire (Les Chariots de feu)

Royaume-Uni – 1981 – 1h59 – v.o s-t fr.
De Hugh Hudson
Avec Ben Cross, Ian Charleson, Ian Holm, John Gielgud

 

Inspiré très librement de l’histoire de deux athlètes britanniques concourant aux Jeux Olympiques de Paris 1924, le film se distingue par une esthétique raffinée au service d’une thématique multiple et complexe – le sport comme moyen de combat contre l’antisémitisme pour l’un, et comme affirmation de son engagement religieux pour l’autre. Porté et magnifié par la musique de Vangelis, qui fait passer un souffle épique sur le récit, le film remporte quatre Oscars. Son titre est inspiré d’un poème de William Blake devenu un hymne pour les Anglais. «Bring me my chariot of fire!»

Chariots de Feu
Revolution

Revolution

UK- 1985- 2h06 – v.o. ang
de Hugh Hudson
Avec Al Pacino, Donald Sutherland

 

Revolution raconte, caméra à l’épaule, l’arrivée en 1776 de Tom Dobb (Al Pacino), émigrant écossais à New York, alors que l’Empire britannique est en pleine révolution. Quand son fils est enlevé, Dobb n’a plus d’autre choix que d’entrer dans le conflit. Le drame pour Hugh Hudson est de devoir obéir aux studios qui exigent une fin heureuse, et qui avancent la date de sortie de son film alors qu’il n’est pas prêt. Le public ne suivra pas, mais le réalisateur garde à ce jour la certitude d’avoir réalisé son long-métrage «le plus atypique, dangereux et aventureux».

Finding Altamira (Altamira)

U.K.-France-Spain – 2016- 1h37, 12/12
De Hugh Hudson
Avec Antonio Banderas, Rupert Everett

 

Inscrites au patrimoine mondial de l’humanité en 1985, les peintures de la grotte préhistorique d’Altamira, en Espagne, ont été découvertes par l’archéologue Marcelino Sanz de Sautuola en 1879. Le film revient sur la violence de l’affrontement qui l’oppose à l’Eglise catholique qui n’a de cesse de le décrédibiliser dans sa perception de l’évolution humaine.

Altamira
Pi

Pi

USA – 1998- 84 min
de Darren Aronofsky
Avec Sean Gullette

 

Max Cohen, un mathématicien torturé et solitaire, vit dans un monde en noir et blanc fait d’équations qui absorbent sa force vitale. Il veut prouver l’imprédictible, ce qui arrangerait bien les affaires d’un requin de Wall Street. Mais chaque progrès dans sa théorie entraîne un délabrement de sa santé mentale. Cette première fiction, tournée sans autorisation à New York, et presque sans budget, est récompensée au Sundance Festival, confirmant la sortie de Darren Aronosfsky hors du champ du documentaire où il a fait ses armes. 

Requiem for a Dream

USA – 2000 – 102 min, 16/16
De Darren Aronofsky
Avec Ellen Burstyn, Jared Leto

 

La mort du rêve. Entre paranoïa et urgences psychiatriques, Darren Aronofsky met en scène quatre destins consumés par leur quête d’un bonheur illusoire. Aveuglés par le rêve américain qu’ils croient atteindre par les voies hallucinées et hallucinantes de la modernité, les personnages de Requiem for a Dream sombrent dans l’addiction et l’isolement. Aronofsky réalise avec cette adaptation d’un roman de Hubert Selby Jr, une œuvre puissante, un véritable choc autant sensoriel que visuel.

Requiem for a Dream
The Wrestler

The Wrestler

USA – 2008 ­– 1h45 v.o. s-t fr., 16/16
De Darren Aronofsky
Avec Mickey Rourke, Marisa Tomei, Evan Rachel Wood

 

Ancienne gloire du catch, Randy «The Ram» Robinson est contraint de calmer le jeu suite à un infarctus. Mais la perspective d’affronter son grand rival le pousse à remonter sur le ring… Dans un style ultra réaliste, qui documente l’univers faussement spectaculaire du catch, The Wrestler opère un troublant jeu de miroir entre la trajectoire de Randy et celle de son acteur, Mickey Rourke. Un drame coup de poing, couronné du Lion d’or à Venise.

Festen

Pays-Bas – 1998 – 1h45 – v.o s-t fr., 16/16
De Thomas Vinterberg (labellisé Dogme95)
Avec Ulrich Thomsen, Henning Moritzen, Birthe Neumann, Thomas Bo Larsen

 

Un dîner de famille organisé pour les 60 ans de Helge, le père, vire au cauchemar: le pire de tous, celui de l’infâme secret puis, celui du déni, de l’inertie et enfin du rejet. Ce film, prix du Jury au Festival de Cannes, est le premier réalisé sous le label Dogme95 créé par Thomas Vinterberg et Lars von Trier. Ce mouvement voulait revenir à une totale sobriété formelle. Le réalisateur ne devait même pas être crédité.

Festen
Jagten

Jagten (La Chasse)

Pays-Bas – 2012 – 1h55 – v.o s-t fr., 12/16
De Thomas Vinterberg
Avec Mads Mikkelsen, Alexandra Rapaport, Thomas Bo Larsen

 

A la veille de Noël, un petit village danois se transforme en horde hystérique pour une chasse à l’homme. Le gibier, c’est Lucas, éducateur innocent accusé d’un geste pédophile par le petit mensonge d’une fillette. La violence de l’humanité dans sa perfide expression est illustrée dans ce chef-d’œuvre réalisé par l’un des fondateurs du mouvement «Dogme 95», et qui valut à Mads Mikkelsen le Prix d’interprétation masculine à Cannes en 2012.

Kollektivet (La Communauté)

Pays-Bas – 2016 – 1h51 – v.o s-t fr., 12/16
De Thomas Vinterberg
Avec Ulrich Thomsen, Trine Dyrholm, Fares Fares

 

Le thème du groupe chez Thomas Vinterberg revient ici sous la forme d’une communauté – façon 1970 version bourgeoise – créée par un professeur d’architecture et sa femme Anna, dans une villa de Copenhague. Mais comme dans les autres réalisations du Danois, sous l’harmonie bouillonnent les sentiments qui qu’un événement suffit à faire remonter à la surface et à déchaîner. Trine Dyrholm a reçu l’Ours d’argent pour sa performance dans le rôle d’Anna à la Berlinale 2016.

Kollektivet
Disturbing The Peace

Disturbing the Peace

USA-2016-1h27-v.o. s-t fr., 14/16
De Stephen Apkon
Avec Shifa Al-Qudsi, Chen Alon, Jamel Qassas

 

Les personnages de Disturbing the Peace sont ennemis dans un conflit qui n’en finit plus. Ils contestent leurs sorts et décident individuellement qu’il en soit autrement. Le film montre les actions extraordinaires menées pour défendre leurs idéaux. Il renvoie le spectateur à sa propre vie, et au pouvoir de chacun de participer à créer un monde plus humain.

After the Wedding

Danemark-Suède, 2006, 2h, 16/16
De Susanne Bier
avec Mads Mikkelsen et Sidse Babett Knudsen

 

Pour sauver son orphelinat en Inde, Jacob Pederson rentre au Danemark pour finaliser une donation avec un mécène. Mais lorsque ce dernier lui demande d’assister au mariage de sa fille, Jacob se retrouve à devoir faire face à son passé enfoui. Avec ce drame produit par Lars von Trier, Susanne Bier décroche une nomination aux Oscars pour le meilleur film étranger. Une histoire qui fascine encore puisque Julianne Moore projette d’en faire un remake.

After the Wedding
Revenge

Revenge

Danemark- Suède, 2010, 1h59, 14/16
De Susanne Bier
avec Mikael Persbrandt et Trine Dyrholm
Les personnages de Revenge font face à la violence, la guerre du Darfour pour le père humanitaire, le harcèlement à l’école pour le fils, et la mort de la mère pour l’un de ses camarades. Mais lorsqu’un projet de vengeance voit le jour, la violence change de camp et il faut choisir. Le film reçoit l’Oscar du meilleur film étranger et met en avant ce qui intéresse le plus la réalisatrice danoise: la confusion et le désordre dans les liens familiaux.

BrØdre

Danemark, 2004, 1h57, 14/16
De Susanne Bier
Avec Nikolaj Lie Kaas, Connie Nielsen, Ulrich Thomsen

 

Michael, pour qui tout semble réussir, est tout le contraire de son jeune frère, Jannik, en perpétuelle rébellion. Lorsque Michael, soldat pour l’ONU, est présumé mort lors d’une mission en Afghanistan, sa femme Sarah est, contre toute attente, épaulée par Jannik qui prend en charge la famille. Suzanne Bier excelle ici à reproduire la vie dans sa réalité la plus crue où le moindre grain de sable peut anéantir sa prétendue stabilité.

Brodre

David Bowie ‎– 50th Birthday Concert

GB – 1997 – 1h30 – v.o. 12/12
De Tim Pope
Avec David Bowie, Lou Reed, Frank Black, Robert Smith

 

En 1997, David Bowie fêtait ses 50 ans au Madison Square Garden de New York avec quelques copains ­ Lou Reed, Smashing Pumpkins, Frank Black, Sonic Youth, Foo Fighters, Robert Smith… Heureusement Tim Pope était là pour graver ce show hallucinant dans la mémoire de l’histoire. Venez vivre ce concert du premier Nancy Boy repris par Brian Molko au dernier Space Oddity par un Bowie magistral.

Le divan de Staline

France, 2016, 1h32, 14/16
De Fanny Ardant
Avec Gérard Depardieu, Emmanuelle Seigner, Paul Hamy

 

Pour des raisons de santé, Staline se rend dans un château au milieu de la forêt avec Lidia, sa maîtresse. Il lui demande de recueillir ses rêves comme ce «charlatan de Freud». Mais Lidia n’est pas insensible au charme du beau peintre Danilov qui attend de pouvoir montrer au dictateur l’œuvre qu’il a conçue à sa gloire. Une relation ambiguë et malsaine se tisse alors entre les amants. Troisième film réussi pour Fanny Ardant qui dirige ses comédiens magistralement.

Le divan de Staline

The Funeral (Nos funérailles)

USA, 1996, 1h39, VOSTFR+DE 16 ans
De Abel Ferrara
Avec Christopher Walken, Chris Penn, Vincent Gallo, Isabella Rosselini

 

L’histoire est celle d’une famille de mafieux des années trente, les Tempio, dont le cadet des trois frères, Johnny (Vincent Gallo), vient de se faire descendre à la sortie d’un cinéma. La fratrie réclame vengeance et c’est Ray (immense Christopher Walken), l’aîné, qui mène l’enquête. Le film suit une longue et sinueuse descente aux enfers qui va mener, à l’aide d’une narration faite de flashbacks, ses personnages dans une introspection familiale intime à l’issue fatale. Remarquablement réalisé et interprété, The Funeral est l’un des plus grands films d’Abel Ferrara.

At Close Range (Comme un chien enragé)

USA, 1986, 1h54, VOSTFR+DE 18 ans
De James Folley
Avec Christopher Walken, Sean Penn, Mary Stuart Masterson

 

L’histoire se déroule en Pennsylvanie où, déscolarisés, sans travail ni repère Brad et son frère Tommy (Sean Penn et son vrai frère Chris) voient revenir dans leur vie, Brad senior (Christopher Walken), leur géniteur. Personnage fascinant et dangereux, ce père va entraîner Brad dans une entreprise criminelle sans issue. Par leur jeu, Sean Penn et Christopher Walken forment un binôme fascinant qui donne au récit une dimension universelle, au-delà du fait divers sordide duquel il est inspiré.

At a close range

Newsletter

Partenaires Officiels et Fondateurs

BNP Paribas
Beau-Rivage Palace

Partenaires Institutionnels et Académiques

Sponsors Fondateurs

Pathé!
Piguet-Galland

Sponsors

KERING
Nespresso
Renault

Supporters

FLY 7
GLOBUS
.Pax

Fournisseurs Agréés

Haute Gastronomie

Soirées

D! Club
Le Bourg
Punk

Champagne, Eau et Vin

Louis Roederer
Blaise Duboux

Reautaurants, Catering

Fiduciaire, Courtier, Sécurité

Voyages

Elite

Beauté

Partenaires Médias

RTS - Radio Télévision Suisse
Variety

Partenaire Média Digital

konbini